8 minutes… et voir son objectif principal s’envoler… et après le débriefing…

le sport est cruel… surtout quand on perd

Hier soir, le PSG a passé à côté de son match, semble-t-il…
et dès le coup de sifflet final, on cherche… le pourquoi… le coupable ou les coupables…
comprendre ce qui s’est passé… comment se peut-il… c’est incroyable… ce n’est possible…
c’est inconcevable… et pourtant si, détaché de l’émotion, je voir un 6-1 qui donne l’avantage sur les 2 matches au Barca…

Bon, c’est sûr que c’est très dur quand on pense à l’investissement financier et de l’impact de cette coupe d’Europe, de l’investissement humain, du travail fourni, des attentes de chacun, ….
mais c’est comme ça..
Et j’étais en train de faire un travail de synthèse sur le débriefing d’après match…
et je me suis à penser comment faire ce débriefing…

comment commencer? que dire? que faire?
et c’est dans un anéantissement total que je suis chargé de la faire…

Bon courage à celui qui va le faire…

Ce n’est pas moi…

Allez, quand même, je vous partage ce que j’écrivais sur le débriefing

La compétition est terminée…

Un exercice de haut vol est de venir parler au joueur …il y a victoire ou défaite… bonne ou mauvaise performance… Y-a-t-il matière à parle, le silence est-il la meilleure solution?

Que doit-on dire? Que doit-on faire?

1– vous n’étiez pas présent: comment commencer?

Éviter les phrases dommageables: As-tu gagné? As-tu perdu?… Une question plus neutre est préférable : quel est le résultat? Qu’as-tu fait? Alors…? Et laisser le joueur démarrer son retour…

Le non verbal va vous donner le plus d’élément, surtout si vous connaissez votre joueur. Le verbal va être important (les mots exprimés pourront être réutilisés pour vous, plus tard dans l’entrainement, montrant que vous êtes à son écoute)… Ecoutez, regardez…

L’énorme avantage de n’avoir pas vu le match est que vous ne pouvez pas imposer votre point de vue avant de l’avoir écouté… le questionnement sera important:

Vous devez vous créer une trame personnelle avec chaque joueur en fonction de son sociaux style (personnalité), de son VAK préférentiel, de vos habitudes pris avec le joueur pour parler…

Description du réel: Quelle était la situation? qu’est ce qui s’est passé?

A cette question, comme vous n’étiez pas là, il y a déjà une distorsion possible du retour du joueur à cause de l’environnement (commentaires des parents, autres coaches, autres joueurs, pensées personnelles, etc.) avec une transformation du réel en une réalité personnelle et des explications moins personnelles…

Plus la situation est confuse, plus il aura du mal à se cantonner dans une description claire du réel. Il aura du mal à parler des faits. Il aura souvent des associations libres, il ira se perdre dans les détails, à sauter d’un sujet à l’autre…

Le coach devra avoir une position d’écoute mixte et active, combinant pratique du silence, synchronisation, questions ouvertes et fermées selon les cas, questions de clarifications (que veux-tu dire par…), reformulation (si je te comprend, tu as dit…), confrontation sur les sentiments (quand tu me parles de cela, je vois que …)

Il va dépeindre sa réalité avec pointant l’écart entre la situation vécue et la situation souhaitée…

L’intérêt de ce débriefing en différé est de récupérer des informations qui viennent du joueur… le remettre dans l’état de l’instant vécu par lui, qu’est ce qui s’est passé? Comment t’es tu senti? A quoi as tu pensé? Quels problèmes t’a posé ton adversaire? Et toi, qu’est ce que tu les as posé comme problème? As tu trouver des solutions?… Des questions qui lui font revivre le moment, et qui lui font prendre de la distance avec des commentaires post-établis, après les commentaires des autres entendus.

Possibilité de le faire revenir à la fin sur l’option qu’il aurait pu prendre pour changer le résultat (en revenant en arrière, et en le disputant à nouveau, serait-elle la même? Qu’est ce que tu ferais différemment?

l’intérêt de ce débriefing est de créer un lien avec les prochains étapes, et les entrainements prévus (orienté  récupération mentale ou physique, ou orienté travail technico-tactique, etc.)

 

2- vous étiez présent- et vous avez tout vu:

votre état émotionnel: Attention à bien prendre en compte vos 3 batteries (commet vous sentez vous, mentalement, émotionnellement, physiquement?). Etes vous prêt et apte à faire ce débriefing?

Êtes vous centré vous et votre état interne, suite au match?… avez vous envie de vous « défouler », car la pression interne est forte chez vous, et que vous avez envie de lui signifier ce qu’il n’a pas fait… Êtes vous dans le « rouge »,abattu ou en rage, les batteries encombrées de pensées négatives, d’une émotion qui vous submerge, et de grosses tensions physique.

Si vous n’êtes pas en état de la faire – pas de direct- abstenez vous – prenez rendez vous pour un autre moment, pour vous protéger d’un clash destructif et peu utile… le faire en différé

vous êtes en état de lui faire un retour- alors plusieurs éléments sont essentiels pour créer le bon contact

Le timing: Quand? Après le match, à la sortie du court? Après la douche? Après un temps de repos, à la cafétéria?

Est ce je peux le faire en « accordéon », avec un échange court à la sortie du court, un retour plus long après une heure, et un échange plus profond après un temps de retour au calme (mental, émotionnel, physique)

Gestion du temps: le temps imparti possible… Ai je assez de temps? Etes vous à l’aise à faire un retour sur un temps très court ou plus long (10 minutes à 1 heure, ou plus)? Vous devez être entrainé avec cette gymnastique de pensée et de comportement… Etes vous prêt à un entretien raccourci ou interrompu?

Dans le temps que je fixe, qu’est ce que je dis d’essentiel?

Gestion de l’espace: le lieu choisi va permettre de créer un moment facilitant à la parole. Le lieu est-il propice? A l’écart, assis, face à face, de biais, distance entre vous… A-t-il besoin de calme et de retrait?

Timing, temps et espace sont des éléments essentiels au bon échange entre l’entraineur et le joueur.

L’écoute:
Avez vous tendance à avoir une écoute dans le silence, en offrant votre présence votre joueur, une situation propice à expression de son ressenti et une élaboration de ses pensées… qui mènera à une recherche de solution productive ..?

Etes vous à l’aise avec le silence de l’autre? Souvent le joueur se tait, il ne dit rien…Que faites vous? Que ressentez vous?

En tant que coach, rappelez vous que le silence ne veut dire absence de pensées ou d’émotions chez le joueur… Il vit quelque chose d’intérieur, même si il ne dit rien… vous pouvez accompagner votre joueur, par votre présence, vos questions, votre modeling… Il y a souvent des pensées latentes, qui ont besoin de temps pour sortir…

Votre regard préférentiel: Conseils, options d’action?
En tant qu’entraineur êtes vous dans la proposition concrètes d’action, ou l’accueil un peu stoïque du récit du joueur? Etes vous « poisson ou canne à pêche »?

L’échange est-il au le coeur du débriefing pour vous?

s’agit-il d’un retour en « position haute », avec des éléments que vous expliquez..
Avez vous tendance, entant qu’entraineur, à orientez sur les thèmes, comme la justesse tactique, les prises de décisions, les moments sous pression, la justesse technique, les efforts consentis, le contrôle des émotions, la performance physique… dirigez vous le retour?

s’agit-il d’un retour en « position basse », avec des éléments que vous écoutez..
s’agit-il d’un recueil d’informations (ressenti, états mentaux, tactique utilisée) du joueur…

Êtes vous prêt à juste envisager un simple feedback fait de d’encouragements sur des initiatives, et les choses positives vues pendant le match? Ou êtes vous celui qui veut « marquer le coup » en pointant du doigt et de la voix tout ce qui n’a pas marché? …

L’objectif est de développer un regard sur ce qui a été bien fait, mal fait, et vers quoi aller. Ensemble, creuser ces trois axes à la lumière des faits sera utile et bénéfique pour tous…

mais est-ce un souhait réaliste,  cette solution idéale n’est-elle pas un fantasme?… Cet objectif si utile et si constructif ne prend-il pas bien plus que le temps de débriefing?

Trop souvent les conditions ne sont pas remplis pour une débriefing efficace..

Une chose à garder en tête: le prérequis obligatoire à tout débriefing efficace:
un accueil bienveillant… ouvrir le dialogue positivement
Cette étape est fondamentale, et sans ouverture des deux parties, il est impossible d’avancer vers une solution.
Création l’existence d’un espace minimum de confiance et d’empathie (l’Alliance)
Création d’une qualité du lien (bonne distance – accueil – sécurité – compréhension – bienveillance – signes de reconnaissance positif)

Entrer en relation (pour communiquer de manière constructive, sans exprimer de reproche)
Décrire les faits (avec le maximum de précision et un peu de temps)
S’assurer de la réceptivité de l’autre

Etre prêt à parler et à écouter
Une bonne gestion de l’Espace et du Temps est obligatoire pour accroitre les chances de réussite. (pas de discussion, entre 2 portes, avec peu de temps, dans l’urgence de l’opérationnel, pas de discussion dans un cadre peu approprié, avec trop de monde autour, risque d’absence de discrétion, etc. La discussion se passe dans un cadre et avec un temps qui permettent une sécurité et du calme pour l’expression de chacun.

cela donnera au joueur une permission importante pour venir disponible à l’entraiment pour traiter les sujets « qui font parfois douloureux et difficiles »… les manques, les oublis, les erreurs…

Entraineurs, nous sommes tous dans une démarche d’essai et ajustements*
une démarche bien développé par Vincent Lenhardt (dans son livre Responsable Porteurs de Sens)

Le plus.
Envoyez par mail à un mémo sur les points clés du briefing, en leur demandant de repenser au travail accompli. Pointer les implications pour les prochaines entrainements .

 

*Apprendre à être dans le couple « Essai et ajustement » – faire des erreurs pour apprendre

  • Pour sortir d’ un schéma de couple « échec/réussite », et aider à progresser, l’idée est d’évoluer vers le couple « essai/ajustement » :

    Le couple « échec/réussite » est une approche défensive avec des objectifs de « ne pas faire de fautes  (« On ne se donne pas le droit à l’erreur et on ne prend peu de risque » et on a tendance aussi à s’auto justifier).

    Le couple « essai/ajustement » est une approche expérientielle (On se donne un certain droit à l’erreur. Prendre de risques calculés, surtout à l’entrainement (quand on se prépare)).

    Le couple « essai/ajustement » est une approche d’apprentissage, qui passe par :
    ⇨              Acceptation de l’incertitude et d’une certaine imperfection.
    ⇨              Apprendre à être à l’aise avec certains éléments incertains et d’imperfections de la compétition* et être clair avec sa capacité à changer :

    • l’ambiguïté (différents niveaux de réalité – par ex : « gagner, être sans faute, et aller vite, en étant agressif »),
    • l’ambivalence (contraction fondamentale : vouloir une chose et son contraire –par ex : assurer l’essentiel : être sans faute et m’ajuster à la situation, et prendre des risques : provoquer ce que je veux qu’il arrive),
    • la frustration (écart entre les situations réelles et les situations désirées),
    • le paradoxe (plus je veux garder un contrôle de la situation, plus il faut que je renonce à contrôler les gens et les choses – plus on attache d’importance à une situation, plus il faut se détacher pour faire face à cette situation)
    • les émotions de peur et culpabilité sont des sentiments que l’on est obligé de rencontrer en compétition.

    Puisque rien ne se passe comme prévu… le couple «« essai/ajustement » semble une direction à prendre pour mieux vivre le présent

     

Publicités

A propos jacques hervet

A unique culture A worldwide Sports top level experience combined with a corporate experience. With the profound conviction in « accompanying an athlete, is helping him to manage himself alone »
Cet article, publié dans apprentissage, football, mental game, news, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s