Alizé Cornet et la gestion de ses émotions?

 

Alizé Cornet c’est l’émotionnel qui fait tout basculer….
Quelle énergie… et badaboum… tout par terre en un rien de temps…. Rattrapée par l’émotion… je le vois très souvent chez des joueurs ou joueuses cette « implosion émotionnelle » qui fait éclater un mental d’acier ou un physique de marathonien…quand la batterie émotionnelle implose… que faire ? Alize est démunie semble t’il…plus de respiration, un masque de visage qui se ferme…un jeu qui s’étiole…des pleurs et une attitude de petite fille qui n’y arrive pas …
Je l’aime beaucoup avec sa spontanéité et son talent. Un (petit) travail sur les émotions et comment prendre conscience de ce qui se passe pour elle, à ce moment-là, et établir des antidotes personnelles bien choisies, et elle sera forte pour la prochaine Fed cup et pour conquérir une victoire en grand chelem !
C’est peu de chose à condition de faire ce travail…

 

Pour Alizé :

J’avais relu ce livre ce Noël dernier de Philippe Labro – Tomber sept fois, se relever huit – Folio 4264
« Telle est la vie.
Tomber sept fois
Et se relever huit »
Poème populaire japonais
 
Témoignage vécu par Philippe Labro, écrit de manière simple, qui parle de ce « quelque chose qui a changé » et qu’il restitue ce qu’il a vécu pour « dire comme c’était »
Je retiens cette partie (p 204) qui explique ces interconnections entre physique et mental.
 
« Jouir à nouveau du goût du travail, de la chose à faire et de l’amour de faire cette chose, conduit inévitablement un homme ou une femme à un regain de l’estime de soi. Il faut se répéter cette petite comptine : chanter, seriner dans sa tête qu’on aime ce que l’on fait et que l’on fait ce que l’on aime. «Tout est dans le mental ». déclarent à satiété les sportifs de haut, moyen ou bas niveau. Certes, mais « tout » est aussi dans les jambes et le ventre, la main et les poumons. Tout est lié. Le chef Indien de Seattle l’a dit, il y a cent ans, de façon limpide « All things are connected ». Toutes choses sont reliées. De même, toute chose appelle son contraire. Et quand les choses déconnectent, ça déconne. Si le corps ne réponds pas, c’est que le mental dérape. Et si le mental échappe, alors le corps part en lambeaux. Je ne vois pas de séparation entre l’un et l’autre. La dépression m’a rappelé, parmi d’autres leçons, cette notion élémentaire que j’avais enregistrée à l’âge de dix huit ans dans les forêts du sud ouest de l’Etat du Colorado. »
 
Avec mental et physique, J’ajouterais les émotions. A plutôt je dissocierais émotion et mental… Quand la sensation surgit, et que l’émotion existe et prends le corps dans son entier, le mental se transforme et le corps réagit.
Tout se transforme.
Petite voix dans la tête positive ou négative, mes muscles deviennent soit une aide soit un boulet, comment je fais pour vivre ce que je vis… seul, je peux par exemple pleurer, seul, je peux avoir peur, mais quand cela se passe, devant un parterre de 200 personnes lors d’une conférence, ou face à un adversaire sur le terrain ? ….
qu’est ce que je fais ? Qu’est ce que je mets en place ? Comment retrouver mes ressources mentales, émotionnelles ou physiques pour faire face, tout en étant moi-même…

 

Publicités

A propos jacques hervet

A unique culture A worldwide Sports top level experience combined with a corporate experience. With the profound conviction in « accompanying an athlete, is helping him to manage himself alone »
Cet article, publié dans news, Tennis, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s