Et si…

 Et si Jeremy était un coureur du cycliste, en ce jour d’arrivée du Tour de France:

Son année serait représenté comme les 3 semaines de cette merveilleuse épreuve des forças de la route
 
Jeremy après une carrière d’amateur riche d’expérience du top niveau, ponctué par une victoire de prestige au GP de Wimbledon – course classée Coupe du monde Juniors- en 2005 (il n’est alors que néo-pro), Jeremy Chardy se révèle véritablement à l’occasion Tour de France 2008. Bien placé dans l’étape de Roland Garros, il se révèle en montagne, suivant partiellement les grands de ce tour, avant d’être cependant  lâché dans les derniers lacets des cols.  Il progresse régulièrement ensuite dans des épreuves de seconds rôles, remportant une course à Graz. Plus aguerri pour les duels en haute montagne, il débute le tour 2009 avec une place de second à l’arrivée de Johannesburg, battu au sprint par Tsonga. Jeremy s’affirme comme un coureur polyvalent, qui passe partout, sur toutes routes, et dans la première partie de la course, il devient plus constant dans l’effort et fait preuve d’une grande stabilité sur le plan des résultats. Il prend sa place dans la tête de peleton, là où ça frotte. Sur les 3 grandes étapes de montagne, il est certes dominé par des bons coureurs (Djokovic, Haas et Roddick). Mais après l’étape de repos de la mi-course, il remporte au sprint logiquement l’étape de Stuttgart, réglant avec autorité ses compagnons d’échappée. Les favoris avaient été piégés avant. Une première victoire qui concrétise le travail constant de son équipe et son entraineur de toujours, Fred Fontang. Bien placé au général, il postule pour des places d’honneur, dans quelques semaines.
A suivre…
 

 

Publicités

A propos jacques hervet

A unique culture A worldwide Sports top level experience combined with a corporate experience. With the profound conviction in « accompanying an athlete, is helping him to manage himself alone »
Cet article, publié dans chardy, news, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.